Ecouter le toucher : Des pratiques corporelles pour des personnes vivant avec le VIH - Le récit d’une expérience

Autores

  • Isabelle Ginot

Resumo

Les personnes touchées par les virus VIH/ VHC vivent aujourd’hui au long terme, mais leur qualité de vie est fortement affectée par les effets de leurs pathologies et des traitements. L’étude rend compte d’une expérimentation de pratiques corporelles non thérapeutiques (méthode Feldenkrais) pour contribuer à améliorer leur qualité de vie. A partir de la perspective de l’écoute tactile et intersubjective mise en jeu dans cette pratique corporelle, apparaissent certaines spécificités de l’expérience de la vie avec le VIH et de ses effets sur l’image du corps des personnes concernées. Cette image du corps serait non seulement affectée par les effets de la pathologie et des traitements (effets tant visibles que sensibles pour les sujets), par ceux de la stigmatisation attachée au VIH et à ses représentations (VIH et homosexualité, toxicomanie, immigration, etc.), mais aussi par une construction surmédicalisée du corps propre. La relation tactile développée dans les séances de travail du corps met en évidence l’incorporation par les patients de « l’objectification » de leur corps par le discours et les savoirs médicaux. Elle vient du même coup plaider pour la reconnaissance des savoirs intersubjectifs, qui redonnent leur place au vécu du sujet, aux côtés des savoirs objectifs et objectifiants qui dominent dans beaucoup de pratiques médicales.

Downloads

Como Citar

Ginot, I. (2011). Ecouter le toucher : Des pratiques corporelles pour des personnes vivant avec le VIH - Le récit d’une expérience. Tempus – Actas De Saúde Coletiva, 5(1), Pág. 279-293. Recuperado de //tempusactas.unb.br/index.php/tempus/article/view/932

Edição

Seção

ARTIGOS ORIGINAIS